La HULOTTE
Le catamaran et l'équipage
Nos prestations
Les Iles du Salut
Tout en images...
Où embarquer ?
Liens utiles
Après 200 ans d'Histoire, l'enfer est devenu un paradis !
Les îles du Salut forment un groupe de 3 îlets situés à 8 miles (soit 15 km) au large de Kourou. La principale île se nomme Royale, la seconde l’île Saint-Joseph et la troisième l’île du Diable, nom sous lequel l’archipel était connu jadis, jusqu’au moment où l'on jugea convenable de lui donner une appellation moins effrayante, et reflétant mieux l'image du petit paradis qu'elles sont devenues aujourd'hui...
 
L'Ile Royale
 
1763 : Une tentative de colonisation désastreuse...
Les îles du Salut furent d’abord nommées "Iles du Triangle" de part leur disposition puis "Iles du Diable" du fait des courants marins très forts qui rendaient la navigation difficile, puis enfin les "Iles du Salut" suite à la tragique expédition de Kourou organisée par Choiseul en 1763 afin de peupler la Guyane.

La France venant de prendre le Canada et ayant obtenu une concession des terrains compris entre la rivière Kourou et le Maroni, plus de 14.000 personnes débarqueront sur le continent dans des conditions difficiles et inadaptées. Après les fatigues de la traversée de l’Atlantique, ces individus, hommes, femmes et enfants débarquèrent épuisés et malades sur les plages de Kourou.
Ils s'y trouvèrent sans abris, sans outils, sans vêtement, entassés dans des lieux malsains, attaqués par des milliers d’ennemis rampants et volants, brûlés par un soleil torride ou inondés par les pluies torrentielles...
De ces infortunés, les survivants (à peine deux mille) se refugièrent sur les Iles dites encore "du Diable" où le climat salubre leur permis de survivre. L'archipel prit alors son nom actuel d'Iles "du Salut".

Suite à cette expédition dramatique, les Iles du Salut restèrent longtemps inhabitées, puis on y établit une léproserie qui fut ensuite transportée à Mana.
 
Album Photo
[Cliquez sur les vignettes pour agrandir l'image]
 
Haut de page
 
1852 : L'enfer s'installe aux Iles...
Avec la loi du 08 avril 1852, Napoléon III fit de la Guyane la terre de la transportation. Ces Ilets parurent alors merveilleusement disposés pour l’installation d’un établissement pénitentiaire.
Les forçats furent transférés des bagnes de Toulon, Rochefort et Brest vers la Guyane, par bateau au départ de Saint-Martin sur l’Ile de Ré.

L’Ile Royale, la plus grande, centralise le Commandement des trois Iles. C’est là que se trouvent les bâtiments administratifs et logistiques (maison du Directeur, mess des officiers, hôpital, église, forge, magasins, ateliers abattoirs, porcherie…), ainsi que les forçats "proprement dits".

L’île Saint Joseph, bagne à l'intérieur du bagne, reçoit les repris de justice, et l'île du Diable les déportés politiques, dont le plus connu fut Alfred Dreyfus.

Ce n’est qu’en 1936 que le gouvernement du Front populaire décide de la fermeture du bagne et supprime la peine de doublage (chaque prisonnier libéré devait, avant son retour en France, rester en Guyane un temps équivalent à la peine qu’il venait d’effectuer). En 1946 la seconde guerre mondiale pénalisera le rapatriement des condamnés, certains bagnards finiront leur peine en France.
Le dernier convoi ne quittera la Guyane qu'en 1953, le bagne étant alors fermé et les bagnards entreposés à CHATON.Certains d'entre eux, finissant leur peine de doublage choisiront de rester en Guyane.

Parmi les bagnards, certains marqueront leur nom dans l’Histoire des Iles. On peut citer en particulier, Albert Dreyfus, Guillaume Seznec, Francis Lagrange, Benjamin Ullmo ou encore Papillon.
 
Album Photo
[Cliquez sur les vignettes pour agrandir l'image]
 
Les Iles de nos jours
En 1964, Le général de Gaulle décida l’ouverture du Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Les Iles du Salut deviennent alors propriété du CNES, car elles sont situées sous la trajectoire de la fusée lors des lancements.
Le CNES y a implanté un site avec une caméra de poursuite, qui filme les premières phases du décollage des lanceurs.

Les Iles doivent être évacuées 5 heures avant chaque tir. Cependant, les lancements d'Ariane 5 ayant généralement lieu en fin de journée (voire en pleine nuit), nous pouvons donc vous y emmener les jours de lancement.

Les Iles du Salut sont aujourd’hui une "destination incontournable" pour toute personne venant visiter la Guyane.
 
 
Haut de page
 
2009 © La HULOTTE - Tous droits de reproduction réservés • Mentions légales
L'Ile Royale L'Ile du Diable L'Ile Saint-Joseph